Commandez le Hors-série spécial anniversaire Hubble

Thomas Pesquet - Sa 1ère mission en accès gratuit

L'astronaute français Thomas Pesquet a mis sur les réseaux sociaux lundi 16 mars un "tuto" pour vous expliquer le confinement et quoi faire en restant chez vous : triage de photos, lectures, jeux, loisirs créatifs.... Et il nous a donné une idée.
Pour vous aider pendant ce confinement, la rédaction a décidé de partagé avec vous gratuitement la 1ère mission de l'astronaute qui s'est déroulée de novembre 2016 à juin 2017.

Retrouvez en accès gratuit tous les articles parus dans 7 numéros sur la mission Proxima.

EE28-interviewThomas Pesquet

EE35-À moins de cent jours du départ

EE36-Le 10éme français dans l'espace

EE37-La mission de Thomas Pesquet

EE38-Une marche à 400km d'altitude

EE39-Passe de deux pour Thomas Pesquet

EE40-196 jours dans l'espace

ExoMars 2020 et ISS votées à la ministérielle

ExoMars 2020 et ISS votées à la ministérielle

Agence-Spatiale-Europeenne-ministerielle-2016Les 1er et 2 décembre dernier se déroulait le conseil ministériel européen de l'Agence Spatiale Européenne qui réunissait 22 ministres.
L'objectif : se mettre d'accord sur les programmes et projets à financer. Il y a des gagnants et des perdants dans ce genre de débat. Sur les 11 milliards nécessaires, 10,3 ont été votés. Dans les grands gagnants, il y a la ExoMars 2020 avec son rover et la continuité du programme departicipation au financement de la Station Spatiale Internationale (ISS)jusqu'en 2024.La facture d'ExoMars 2020 se montant à 436 millions d'euros a donc été validée, et c'est beaucoup plus sereinement que la continuité du programme martien européen est envisagée, notamment du côté de l'industriel Thales Alenia Space, que ce soit côté italien ou côté français.
En ce qui concerne l'ISS, le principe de continuer la collaboration jusqu'en 2024 a été votée par tous les membres contributeurs. C'est un budget de plus de 1,4 milliard qui a été approuvé. Et des discussions
vont s'engager entre l'ESA et la NASA pour une participation non financière du type "ATV" en proposant un 2ème module de service à la capsule Orion.
PRIDE ( Program for a Reusable In-orbit Demonstrator for Europe ), le successeur opérationnel de l'IXV (le petit avion autoporteur dont le vol a eu lieu en février 2015) s'appellera finalement Space Rider et a reçu aussi l'accord pour un vol en 2021, la France et l'Italie seront les contributeurs majeurs de ce programme.
La grande perdante est la mission AIM (Asteroid Impact Mission) qui devait voir l'envoi d'un orbiteur autour d'un astéroïde dit géocroiseur.
À ce jour, les plus gros contributeurs de l'ESA sont la France et l'Allemagne (près de 2 milliards chacun), suivis en 3ème position par l'Italie.

free joomla template