Commandez dès aujourd'hui en prévente votre numéro 63

Espace et Exploration n°44

couv-ee63

Le magazine papier ou numérique sera envoyé à la réception du magazine avec le routage abonnés COMMANDEZ ICI

Commandez le Hors-série spécial anniversaire Hubble

Au microscope !

le satellite Microscope

microscope-2Lancé depuis la Guyane le 25 avril 2016 par une fusée Soyouz (VS14), le satellite, destiné à vérifier le principe d'équivalence a fait l'objet d'un premier bilan le lundi 4 décembre au siège du CNES à Paris.

D'un coût de 130 millions d'euros, MICROSatellite à trainée Compensée pour l'Observation du Principe d'Équivalence (Microscope) livre donc aujourd'hui ses premiers résultats. Basé sur la plateforme Myriade du CNES, ce microsatellite, d'une masse totale de 303 kilos, confirme une nouvelle fois un principe auquel s'attaquent les savants depuis 4 siècles : celui de l'universalité de la chute libre. Galilée l'aurait même testé depuis le sommet de la tour de Pise. Mais l'une des expériences les plus connues dans ce domaine est celle réalisée en 1971 par l'astronaute David Scott alors qu'il se trouve sur Lune en compagnie de Jim Irwin pendant la mission Apollo 15. Bien que sous 1/6ème de g, les 2 objets sont tombés à la même vitesse comme sur Terre. Pour vérifier ce principe, le satellite Microscope s'est notamment appuyé sur l'accéléromètre T-Sage (Twin-Space Accelerometer for Gravity Experiment) réalisé par l'Onera. S'il est possible de réaliser des mesures depuis des tours de chute libre, «celles-ci ne sont cependant pas aussi précises que celles réalisées avec un satellite», souligne ainsi Isabelle Petitbon du CNES. Placé sur orbite héliosynchrone à 711 kms d'altitude, Microscope a donc réalisé depuis décembre 2016 une année de mesures du principe d'équivalence sur 1.900 orbites, soit l'équivalent de 85 millions de kms parcourus en chute libre.

Lire la suite : Au microscope !

free joomla template